Curriculum Policy and Treaty Education

Quatre intéressantes approches meublent cet article écrit par Mark K Smith exposant le programme et le système scolaire.

Dans la première approche ou idée, celle du contenu du curriculum. Ainsi, dans l’exécution du curriculum il y’a un acteur majeur, il s’appelle L’enseignant, il est la pierre angulaire du programme, sa formation et ses convictions peuvent altérer la livraison du message éducatif.

Dans le second volet, il discute les travaux menés par le chercheur Ralph W Tyler. Il dit que le curriculum peut être pris comme un produit éducatif qui a pour objectif premier, la formulation d’un message et d’une méthodologie claire à destination des écoliers du système scolaire.

Aussi, il insiste sur le fait que l’élève est en dehors du programme, sa participation est limitée puisqu’il n’a pas son mot a dire, ce qui ne permet pas de déceler la singularité de l’écolier comme adepte du système scolaire mais aussi comme citoyen.

Par la suite, il explique que la vision réductrice qu’ont certains  enseignant quand il s’agit des faiblesses des apprenants le curriculum et l’enseignant doivent offrir à l’élève les éléments de droit qui font avancer la compréhension et l’intégration. L’évaluation est certes importante mais pas indispensable pour cerner les différents problèmes d’apprentissage.

Dans le troisième volet, il nous donne une bonne analyse du curriculum en tant que processus. Il dit que l’interaction doit être constante et permanente entre l’élève et l’enseignant. Ainsi, la flexibilité du programme scolaire pourrait être ajusté selon les besoins de l’écolier et ses attentes éducatives.

il convient de mentionner que l’on reproche à l’enseignement programmé de s’en tenir à des objectifs d’apprentissage trop limités, de fragmenter les contenus au point d’en trahir la substance. L’apprentissage devra toujours être, un échange entre les élèves et les enseignants.

Il finit avec le dernier modèle décrit, celui du curriculum praxis. Ce mouvement émancipateur donne une place importante à l’esprit critique, que ça soit de la part de l’enseignant ou l’élève. Il va par la suite le dénigrer en prétextant que le programme praxis ne prend pas en compte le contexte.

Levin, B. (2008). Curriculum policy and the politics of what should be learned in schools. In F. Connelly, M. He & J. Phillion (Eds.), The SAGE handbook of curriculum and instruction (pp. 7 – 24). Los Angeles, CA: Sage. Repéré en ligne à: http://www.corwin.com/upm-data/16905_Chapter_1.pdf.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create your website at WordPress.com
Get started
%d bloggers like this: